Case report | Volume 4, Article 4, 03 Sep 2020 | 10.11604/pamj-cm.2020.4.4.23835

Une endophtalmie endogène : complication rare d´angiocholite aiguë (à propos d´un cas)

Besma Ben Achour, Amin Zahaf, Houda Lajmi, Racem Choura, Bacem Obay, Wassim Hmaied

Corresponding author: Besma Ben Achour, Service d´Ophtalmologie, Hôpital des Forces de Sécurité Intérieure, 2070 La Marsa, Tunisie

Received: 30 May 2020 - Accepted: 27 Jun 2020 - Published: 03 Sep 2020

Domain: Infectious disease,General surgery,Ophthalmology

Keywords: Endophtalmie endogène cancer, angiocholite aigue

©Besma Ben Achour et al PAMJ - Clinical Medicine (ISSN: 2707-2797). This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution International 4.0 License (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Cite this article: Besma Ben Achour et al . Une endophtalmie endogène : complication rare d´angiocholite aiguë (à propos d´un cas). PAMJ - Clinical Medicine. 2020;4:4. [doi: 10.11604/pamj-cm.2020.4.4.23835]

Available online at: https://www.clinical-medicine.panafrican-med-journal.com/content/article/4/4/full

Home | Volume 4 | Article number 4

Case report

Une endophtalmie endogène : complication rare d´angiocholite aiguë (à propos d´un cas)

Une endophtalmie endogène : complication rare d´angiocholite aiguë (à propos d´un cas)

Endogenous endophthalmitis: a rare complication of acute cholangitis: a case report

Besma Ben Achour1,2,&, Amin Zahaf1,2, Houda Lajmi1,2, Racem Choura1,2, Bacem Obay1,2, Wassim Hmaied1,2

 

1Service d´Ophtalmologie, Hôpital des Forces de Sécurité Intérieure, 2070 La Marsa, La Marsa, Tunisie, 2Faculté de Médecine de Tunis, Université de Tunis El Manar, Tunis, Tunisie

 

 

&Auteur correspondant
Besma Ben Achour, Service d´Ophtalmologie, Hôpital des Forces de Sécurité Intérieure, 2070 La Marsa, La Marsa, Tunisie

 

 

Résumé

L'endophtalmie endogène (EE) est une uvéite grave, aiguë et diffuse provoquée par une infection intraoculaire par voie hématogène. Il s´agit d´une pathologie grave qui touche les sujets fragilisés. Nous rapportons le cas d´une femme âgée de 37 ans suivie pour un cancer de la tête du pancréas. Elle a développé une EE à la suite d´une angiocholite aigue. Le traitement a comporté une antibiothérapie systémique à large spectre mais l´état général très altéré de la patiente n´a pas permis la pratique d´injections intra-vitréennes d´antibiotiques. L´évolution a été marquée par une amélioration sur plan oculaire. Toutefois, la patiente est décédée trois jours plus tard à la suite d´une septicémie. Nous soulignons la gravité de cette pathologie qui engage le pronostic oculaire et aussi vital.


Endogenous endophthalmitis (EE) is a severe, acute and diffuse uveitis caused by intraocular haematogenic infection. It affects vulnerable subjects. We report a case of a 37-year-old female with a history of pancreatic cancer. She developed endogenous endophthalmitis in her left eye due to acute cholangitis. Owing to deterioration of the general status, intravitreal injections couldn't be practiced and therapy consisted only in intravenous antibiotic therapy. Although we have noticed a beneficial visual outcome, the patient died three days later due to septicemia. We highlight the severity of this disease, associated with unfortunate visual and vital prognosis.

Key words: Endogenous endophthalmitis, neoplasia, acute cholangitis

 

 

Introduction    Down

L´endophtalmie endogène (EE) est une affection oculaire extrêmement grave qui menace le pronostic visuel et dont l´origine peut menacer la vie. En effet, elle est considérée comme une localisation secondaire suite à la dissémination d´un agent infectieux par voie hématogène avec un passage à travers la barrière hémato-rétinienne [1]. Il s´agit d´une pathologie rare représentant 2% à 15% de l´ensemble des endophtalmies et survenant souvent sur un terrain débilité [2,3]. Son traitement est imparfaitement codifié. Il comprend un traitement anti-infectieux général associé, très souvent, à des injections intra-vitréennes (IVT) d´agents anti-infectieux. Le but de notre travail était de rapporter un cas d´EE compliquant une angiocholite aigue chez une patiente suivie pour un cancer de la tête du pancréas.

 

 

Patient et observation Up    Down

Il s´agit d´une patiente âgée de 37 ans hospitalisée dans le service de chirurgie générale de l´hôpital pour prise en charge d´un cancer de la tête du pancréas compliqué d´une angiocholite aigue. Vingt-quatre heures plus tard, elle a présenté une baisse brutale de l´acuité visuelle (AV) de l´œil gauche (OG) avec rougeur oculaire et douleur. L´examen ophtalmologique de l´OG a objectivé une AV limitée à une perception lumineuse, des sécrétions purulentes, une hyperhémie conjonctivale avec un cercle périkératique, un tyndall de chambre antérieure à deux croix avec hypopion et une membrane cyclitique (Figure 1). Le tonus oculaire était normal. Le fond d´œil était inaccessible en raison d´une hyalite dense. L´examen de l´œil droit était sans particularités. L´échographie oculaire en mode B de l´OG a objectivé une condensation vitréenne avec absence de masse chorio-rétinienne (Figure 2). Devant ce tableau, nous avons retenu le diagnostic d´une EE bactérienne et la patiente a bénéficié d´une triple antibiothérapie par voie générale associée à des collyres d´antibiotiques fortifiés. Une corticothérapie topique a été introduite secondairement. L´état général très altéré de la patiente n´a pas permis la pratique ni d´IVT d´antibiotiques ni d´une vitrectomie. Les hémocultures sont revenues négatives ainsi que les prélèvements oculaires. Un examen ophtalmologique de contrôle de l´OG à J4 a montré une neutralisation de l´infection avec une disparition des sécrétions et une nette diminution de l´inflammation dans la chambre antérieure. Néanmoins, l´acuité visuelle est restée limitée à la perception lumineuse. La patiente est décédée trois jours plus tard à la suite d´une septicémie.

 

 

Discussion Up    Down

L´endophtalmie endogène est une uvéite grave, aigue et diffuse provoquée par une infection intraoculaire par voie hématogène. Elle peut être uni- ou bilatérale et touche préférentiellement l´œil gauche [3,4]. Il s´agit d´une pathologie qui survient le plus souvent sur un terrain débilité. Selon Jackson et al. [1], les principaux facteurs de risque identifiés sont le diabète sucré, la toxicomanie et les cancers. Un foyer infectieux primitif génito-urinaire, dentaire, hépatique, biliaire ou pulmonaire est retrouvé dans 90 % des cas [3,4]. Il est intéressant de noter que notre patiente était suivie pour cancer de la tête du pancréas et avait un foyer biliaire primitif. Les signes fonctionnels associent souvent une douleur intense, une baisse rapide de l´AV avec des signes d´infection et d´inflammation oculaire. Certains signes orientent vers l´origine endogène comme les nodules de Roth et les foyers chorio-rétiniens [5].

 

Dans les EE, le diagnostic de certitude repose sur la mise en évidence de l´agent infectieux sur des prélèvements microbiologiques qui sont positifs dans 80 à 96 % des cas [4]. On note une prédominance de bactéries à gram positif parmi les infections bactériennes. En effet, les hémocultures sont positives dans 71 à 84 % des cas et la culture du vitré dans 73,9 % des cas. Les prélèvements de chambre antérieure peuvent être aussi contributifs. Chiquet et al. [6] ont décrit dans une revue de la littérature datant de 2007 que les PCR sur des prélèvements bactériologiques réalisées dans les endophtalmies aigües post-opératoires permettaient d´améliorer le taux d´identification bactérienne dans l´humeur aqueuse (47%) et dans le vitré (68%). Dans notre cas, l´analyse microbiologique était négative.

 

Le traitement curatif des EE doit être instauré en urgence à visée oculaire et général. Il s´agit d´une antibiothérapie systémique à large spectre associée à des IVT d´anti-infectieux. Dans notre cas, cette prise en charge n´était pas possible en raison de l´état général altéré de la patiente. Dans les EE, la place de corticothérapie et de la vitrectomie est encore discutée. Toutefois, leur efficacité a été étudiée dans les endophtalmies post-opératoires [7]. Le pronostic visuel et général des EE reste fâcheux même après traitement précoce et approprié, et notre cas n´échappe pas à la règle. Le taux de décès varie entre 4% et 14.3% [2,8], expliqué par l´âge et le terrain débilité de la population atteinte par les EE. Pour cette raison, il est nécessaire de souligner le caractère urgent d´un traitement général et oculaire dès que le diagnostic est posé.

 

 

Conclusion Up    Down

Les endophtalmies endogènes constituent une affection rare dont le pronostic reste sombre. Notre cas étaye les connaissances diagnostiques et pronostiques disponibles à ce sujet. Il faut toujours penser à une endophtalmie fongique plus fréquente en cas d´EE et chercher à éliminer les causes de pseudo-uvéites tumorales chez les sujets âgés.

 

 

Conflits d'intérêts Up    Down

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d´intérêts.

 

 

Contributions des auteurs Up    Down

Tous les auteurs ont lu et approuvé la version finale du manuscrit.

 

 

Figures Up    Down

Figure 1: photo du segment antérieur de l´œil gauche: Hyperhémie conjonctivale, hypopion, tyndall et membrane cyclitique

Figure 2: échographie en mode B de l´œil gauche: condensation vitréenne, absence de masse chorio-rétinienne

 

 

Références Up    Down

  1. Jackson T, Paraskevopoulos T, Georgalas I. Systematic review of 342 cases of endogenous bacterial endophthalmitis. Surv Ophthalmol. 2014;59(6):627-35. PubMed | Google Scholar

  2. Connell PP, O´Neill EC, Fabinyi D, Islam FMA, Buttery R, McCombe M et al. Endogenous endophthalmitis: 10-year experience at a tertiary referral centre. Eye. 2011;25(1):66-72. PubMed | Google Scholar

  3. Okada AA, Johnson RP, Liles WC, D´Amico DJ, Baker AS. Endogenous bacterial endophthalmitis: report of a ten-year retrospective study. Ophthalmology. 1994 May;101(5):832-8. PubMed | Google Scholar

  4. Jackson TL, Eykyn SJ, Graham EM, Stanford MR. Endogenous bacterial endophthalmitis: a 17-year prospective series and review of 267 reported cases. Surv Ophthalmol. 2003;48(4):403-23. PubMed | Google Scholar

  5. Greenwald MJ, Wohl LG, Sell CH. Metastatic bacterial endophthalmitis: a contemporary reappraisal. Surv Ophthalmol. 1986;31(2):81-101. PubMed | Google Scholar

  6. Chiquet C, Benito Y, Croize J, Romanet J-P, Vandenesch F, Maurin M. Diagnostic microbiologique des endophtalmies aiguës. J Fr Ophtalmol. 2007;30(10):1049-1059. PubMed | Google Scholar

  7. Endophthalmitis Vitrectomy Study Group. Results of the Endophthalmitis Vitrectomy Study. A randomized trial of immediate vitrectomy and of intravenous antibiotics for the treatment of postoperative bacterial endophthalmitis. Arch Ophthalmol. 1995;113(12):1479-1496. Google Scholar

  8. Wu ZH, Chan RP, Luk FO, Liu DT, Chan CK, Lam DS, Lai TY. Review of clinical features, microbiological spectrum, and treatment outcomes of endogenous endophthalmitis over an 8-year period. J Ophthalmol. 2012;2012:265078. PubMed | Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Case report

Une endophtalmie endogène : complication rare d´angiocholite aiguë (à propos d´un cas)

Case report

Une endophtalmie endogène : complication rare d´angiocholite aiguë (à propos d´un cas)

Case report

Une endophtalmie endogène : complication rare d´angiocholite aiguë (à propos d´un cas)