Case report | Volume 5, Article 62, 17 Feb 2021 | 10.11604/pamj-cm.2021.5.62.24461

Premier cas d´autogreffe de cellules souches hématopoïétique chez un adolescent marocain de 14 ans, porteur de rétinoblastome : à propos d´un cas

Jihane Toughza, Abderrahmane Al Bouzidi, Mohammed Allaoui, Hafsa Chahdi, Abderrahim El Ktaibi, Aomar Agadr

Corresponding author: Jihane Toughza, Département d´Oncologie et Hématologie Pédiatrique Hôpital Universitaire International Cheikh Khalifa Casablanca, Faculté de Médecine, Université Mohammed VI des Sciences de la Santé, Casablanca, Maroc

Received: 21 Jun 2020 - Accepted: 18 Jan 2021 - Published: 17 Feb 2021

Domain: Hématologie pédiatrique, oncologie pédiatrique, pédiatrie (générale)

Keywords: Rétinoblastome, adolescent, greffe de cellules souches hématopoïétiques

©Jihane Toughza et al PAMJ - Clinical Medicine (ISSN: 2707-2797). This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution International 4.0 License (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Cite this article: Jihane Toughza et al . Premier cas d´autogreffe de cellules souches hématopoïétique chez un adolescent marocain de 14 ans, porteur de rétinoblastome : à propos d´un cas. PAMJ - Clinical Medicine. 2021;5:62. [doi: 10.11604/pamj-cm.2021.5.62.24461]

Available online at: https://www.clinical-medicine.panafrican-med-journal.com/content/article/5/62/full

Home | Volume 5 | Article number 62

Case report

Premier cas d´autogreffe de cellules souches hématopoïétique chez un adolescent marocain de 14 ans, porteur de rétinoblastome : à propos d´un cas

Premier cas d´autogreffe de cellules souches hématopoïétique chez un adolescent marocain de 14 ans, porteur de rétinoblastome : à propos d´un cas

First case of autologous haematopoietic stem-cell transplantation in a 14-year-old Moroccan adolescent with retinoblastoma: about a case report

Jihane Toughza1,&, Abderrahmane Al Bouzidi2,3, Mohammed Allaoui3, Hafsa Chahdi3, Abderrahim El Ktaibi3, Aomar Agadr4

 

1Département d´Oncologie et Hématologie Pédiatrique Hôpital Universitaire International Cheikh Khalifa Casablanca, Faculté de Médecine, Université Mohammed VI des Sciences de la Santé, Casablanca, Maroc, 2Département d´Anatomie Pathologique, Hôpital Universitaire International Cheikh Khalifa Casablanca, Faculté de Médecine, Université Mohammed VI des Sciences de la Santé, Casablanca, Maroc, 3Département d´Anatomie Pathologique, Hôpital Militaire d´Instruction Mohammed V, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Mohammed V, Rabat, Maroc, 4Département de Pédiatrie, Hôpital Militaire d´Instruction Mohammed V, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Mohammed V, Rabat, Maroc

 

 

&Auteur correspondant
Jihane Toughza, Département d´Oncologie et Hématologie Pédiatrique Hôpital Universitaire International Cheikh Khalifa Casablanca, Faculté de Médecine, Université Mohammed VI des Sciences de la Santé, Casablanca, Maroc

 

 

Résumé

Le rétinoblastome se manifeste généralement avant l'âge de cinq ans. Le rétinoblastome de l´adolescent et de l´adulte est extrêmement rare. Trente cas de rétinoblastome chez des adultes de 20 ans ou plus ont été rapportés dans la littérature mondiale. Nous rapportons un cas de rétinoblastome chez un patient de 14 ans. Notre patient avait un rétinoblastome unilatéral, avec envahissement du ganglion prétragien homoatéral. Il a subi une énucléation avec implantation de billes de silicone et le diagnostic a été confirmé histopathologiquement lors de la rechute. Il a bénéficié d´un traitement adjuvant par reprise chirurgicale, radiothérapie externe, chimiothérapie conventionnelle et autogreffe de cellules souches hématopoïétiques. Le diagnostic de rétinoblastome doit être gardé à l'esprit dans les cas présentant une masse blanchâtre au fond d´œil, d'étiologie inconnue, chez un patient adulte.


Retinoblastoma usually occurs before the age of five. Retinoblastoma is extremely rare in adolescents and adults. Thirty cases of retinoblastoma in adults aged 20 years or older have been reported in the world literature. We here report a case of retinoblastoma in a 14-year-old patient. Our patient had unilateral retinoblastoma invading the ipsilateral preauricular lymphadenopathy. It underwent enucleation with implantation of silicone beads. The patient had relapse and the diagnosis was confirmed by histopathology. He received adjuvant therapy after revision surgery, external beam radiotherapy, conventional chemotherapy and autologous haematopoietic stem-cell transplantation. The diagnosis of retinoblastoma should be suspected in adult patients with a whitish mass in the ocular fundus of unknown origin.

Key words: Retinoblastoma, adolescent, hematopoietic stem-cell transplantation

 

 

Introduction    Down

Le rétinoblastome (RB) est une tumeur maligne d´origine neuro-épithéliale survenant chez les nourrissons et le jeune enfant. Malgré sa rareté, c´est la tumeur oculaire maligne la plus fréquente chez l´enfant. Son incidence mondiale moyenne est de 1/15000 à 1/20000 naissances [1], et elle représente 30% des tumeurs oculaires et 2% des tumeurs malignes de l´enfant. La tumeur est unilatérale dans 2/3 des cas et bilatérale dans 1/3 des cas. Toutes les formes bilatérales et unilatérales multifocales sont héréditaires et constituent un syndrome de prédisposition génétique aux cancers [2]. Le RB est, dans 90 pour cent des cas, une tumeur de l´enfant de moins de 5 ans. Cependant, dans la littérature, des cas sont rapportés a tous les âges voire chez des adultes. Ainsi, sur une série de 400 patients porteurs de RB, Shields et al., retrouve jusqu´à 8,5 pour cent, âgés de plus de 5 ans [3,4]. Le rétinoblastome nécessite une prise en charge multidisciplinaire, vue sa complexité, et pour garantir aux patients de meilleurs résultats, ainsi qu´un suivi spécialisé à long terme [5,6]. Traité à un stade précoce, le RB est curable avec des moyens simples, peu traumatisants et économiques. Entrepris tardivement, le traitement est lourd, mutilant, sans garantie pour la vue et la vie de l´enfant [7]. Le pronostic est actuellement excellent dans les pays industrialisés, mais la survie à long terme des patients atteints de forme héréditaire reste menacée par le risque de survenue de tumeurs secondaires. Le pronostic vital dans les pays en voie de développement est encore engagé et représente un problème majeur du fait de la fréquence de diagnostic à un stade avancé avec une extension orbitaire voire une forme métastatique [8]. Dans ce travail, nous rapportons l'observation d'un cas de RB chez un enfant de 14 ans, dont l´intérêt porte sur la discussion diagnostique qu'elle a soulevé et sur la prise en charge thérapeutique. Nous rappelons les difficultés posées par le diagnostic de rétinoblastome à cet âge et l´apport des explorations complémentaires actuellement disponibles ainsi que leurs limites.

 

 

Patient et observation Up    Down

Nous rapportons le cas de l´enfant O. âgé de 14 ans, et porteur d'un rétinoblastome unilatéral unifocal gauche avec envahissement du ganglion prétragien homolatéral. O. consulte en septembre 2009 pour une baisse de l´acuité visuelle de l´œil gauche, 3 mois après un traumatisme zygomatomaxillaire homolatéral. L´examen ophtalmologique note une acuité visuelle de l´œil gauche se limitant à une perception lumineuse. L´examen de l´œil droit est sans particularité. L'évolution est marquée par l'apparition d'un glaucome néo-vasculaire. Devant l'absence d'orientation diagnostique et la présence d'un œil gauche non fonctionnel, malgré une prise en charge médicale, une énucléation est décidée 7 ans plus tard. Deux ans après l´énucléation, le patient présente une tumeur intraoculaire gauche qui va récidiver malgré plusieurs curages. L´examen de l´œil droit est normal. La tomodensitométrie crânio-orbitaire met en évidence un processus tumoral centré sur le globe oculaire gauche mesurant 40x34x37mm. Il arrive au contact intime des parois supérieures et inférieures et latérales sans lyse osseuse nettement individualisable. Il existe un épaississement du muscle droit externe et une atrophie du nerf optique gauche. Le diagnostic de rétinoblastome est anatomopathologique avec étude histologique et immunohistochimique de la tumeur intraoculaire gauche. Cet examen montre une tumeur de 4cmx3cmx2,2 cm d´aspect hétérogène de couleur blanchâtre de consistance ferme et friable par endroits. La section du nerf optique n´est pas repérée. L´étude histologique des coupes réalisées a porté sur une prolifération tumorale dense faite de cellules rondes bleuâtres aux noyaux très hyperchromatiques et au cytoplasme peu abondant montrant par endroits une architecture trabéculaire et en nids. Les figures mitotiques sont nombreuses. Focalement, on note une différenciation rétinienne se caractérisant par des fleurettes et des rosettes de Flexner.

L'examen immunohistochimique a permis de mettre en évidence un marquage intense et diffus de la synaptophysine (Figure 1, Figure 2, Figure 3, Figure 4). À son arrivée dans le service d´oncologie hématologie pédiatrique et adolescents jeunes adultes de l´hôpital International Universitaire Cheikh Khalifa, il a été décidé d´une reprise chirurgicale pour marges non saines. Le bilan d´extension réalisé montre à l´IRM crânio orbitaire un processus tissulaire intra orbitaire gauche localement avancé sans extension encéphalique décelable. Une adénopathie prétragienne gauche est retenue (Figure 5). La cytoponction de cette adénopathie est revenue positive, avec présence de cellules rondes compatibles avec un rétinoblastome. L´IRM médullaire est sans particularité. La scintigraphie osseuse est en faveur d´une hétérogénéité de fixation sous et latéro-orbitaire gauche, restant peu significative et plutôt inflammatoire, vraisemblablement en rapport avec la tumeur primitive. Le bilan médullaire et la ponction lombaire sont négatifs. Le patient bénéficie ensuite d´un traitement adjuvant associant une irradiation précoce de la cavité orbitaire, d´une chimiothérapie alternant 6 cures, l´étoposide, le carboplatine, la vincristine et l´endoxan. Devant une rémission de la maladie, le patient sera hospitalisé en secteur stérile pour recevoir une intensification par autogreffe de cellules souches hématopoïétique après un conditionnement par thiotepa carboplatine et étoposide. Le patient est actuellement à 19 mois du diagnostic, il est en rémission complète clinicoradiologique, et en bon état général.

 

 

Discussion Up    Down

Le rétinoblastome peut être présent dès la naissance, et est généralement diagnostiqué avant l´âge de 5 ans [9]. Au début du siècle passé, la survie d´un enfant atteint de rétinoblastome était exceptionnelle. Aujourd´hui près de 95% des cas de rétinoblastome peuvent être sauvés. Cette amélioration du pronostic revient à la mise en œuvre de stratégies nouvelles : l´énucléation systématique, la radiothérapie, les traitements focalisés, la chimiothérapie conventionnelle et l´autogreffe de cellules souches hématopoïétiques. Chaque patient requiert un plan de traitement sur mesure, tenant compte de nombreux critères : latéralité, taille, localisation, nombre de tumeurs, menace d´essaimage et de métastases, risque de 2e tumeur maligne non oculaire, potentiel visuel, état général, capacité d´assumer le traitement et le suivi qui s´étend sur des années. Le but du traitement est d´abord et avant tout de sauver la vie de l´enfant, de sauver l´œil ensuite et la meilleure fonction possible. Les moyens de traitement classiques comprennent l´énucléation, la radiothérapie externe, la radiothérapie de contact, les divers moyens de coagulation, la chimiothérapie. La stadification est une façon de décrire ou de classer un cancer selon l´étendue de la maladie dans le corps. La classification du degré de gravité de la maladie est essentielle pour déterminer la thérapie la plus appropriée et de prédire le résultat de la prise en charge thérapeutique.

Lorsqu´un patient adolescent ou adulte présente des masses blanchâtres intraoculaires, le diagnostic de RB, ne sera pas évoqué dans un premier temps, du fait de sa rareté [3,4]. Le diagnostic différentiel comprend le carcinome métastatique, le mélanome amélanotique, l´astrocytome, le lymphome, l'endophtalmie et les maladies inflammatoires rétiniennes. Le médulloépithéliome intraoculaire est une autre lésion qui devrait être différenciée du RB. C'est une maladie congénitale rare, une tumeur dérivée de l'épithélium ciliaire non pigmenté, et survient généralement entre l´âge de 5 et 20 ans. Le diagnostic final dépend de l'examen histopathologique. Sur la revue de la littérature de Pubmed, nous avons trouvé environ 30 cas de RB adulte, âgé de 20 à 74 ans [10-12]. Presque tous les cas étaient sporadiques et unilatéraux. La présentation clinique comprenait une baisse ou une perte de l´acuité visuelle, des éclairs, des flotteurs et une photophobie. La leucocorie est une manifestation typique du RB, mais peu commun chez les adultes.

Les manifestations caractéristique de ces RB adultes sont une masse rétinienne blanchâtre, élevée et vascularisée avec un ensemencement dans le vitré. Dans quelques cas, les masses ont envahi l'œil en entier. Un rétinoblastome diffus a également été trouvé [13]. La calcification à l´imagerie est caractéristique du RB chez l´enfant, non retrouvé systématiquement chez l´adulte. A l´âge adulte, la majorité des cas sont diagnostiqués à un stade assez avancé favorisant l´énucléation. Quelques patients bénéficient d´un traitement adjuvant avec une reprise chirurgicale, une radiothérapie externe, une chimiothérapie conventionnelle et intensive par autogreffe de cellules souches hématopoïétiques. Les résultats sont plus réservés en raison du stade avancé de la maladie au moment du diagnostic. L'histopathologie de l'échantillon énucléé confirme le diagnostic et identifie le niveau de différenciation. La majorité des rétinoblastomes signalés chez les adultes étaient différenciés montrant des rosettes Flexner-Wintersteiner. L'immunohistochimie apporte des éléments supplémentaires et permet de confirmer le diagnostic du RB. Le RB est rare chez l'adulte, mais en présence de masses blanchâtres au fond d'œil, les cliniciens doivent y penser [10-14].

 

 

Conclusion Up    Down

Le rétinoblastome est une tumeur dont le pronostic vital reste sombre dans les pays en voie de développement faute, le plus souvent, de diagnostic précoce qui nécessite une connaissance des symptômes, souvent d´apparence banale et anodine (principalement leucocorie et strabisme) et d´une prise en charge adaptée. Dans les pays en voie de développement, son pronostic est excellent avec ces dernières années de gros progrès réalisés dans le domaine des traitements conservateurs augmentant les chances de préservation oculaire et visuelle. Le rétinoblastome nécessite une prise en charge multidisciplinaire ainsi qu´un suivi spécialisé à long terme. L´information précoce des patients et de leur famille concernant les risques de transmission de la maladie et du risque de développement de tumeur secondaires est nécessaire. L'ophtalmologiste pourra évoquer le diagnostic de rétinoblastome devant toute tumeur rétinienne atypique chez l´adolescent et l´adulte.

 

 

Conflits d'intérêts Up    Down

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d'intérêts.

 

 

Contributions des auteurs Up    Down

Tous les auteurs ont participé à l´élaboration de l´article. Tous ont lu et approuvé la version finale du manuscrit.

 

 

Remerciements Up    Down

Nos remerciements au Dr Jihane Habi, du Département de Radiologie de l´Hôpital International Universitaire Cheikh Khalifa, pour son aide dans l´apport des images radiologiques.

 

 

Figures Up    Down

Figure 1 : prolifération tumorale dense partiellement nécrosée (HE, Gx 20)

Figure 2 : cellules tumorales sont rondes bleuâtres (HE, Gx 40)

Figure 3 : noyaux hyperchromatiques avec présence de nombreuses figures mitotiques (HE, Gx 40)

Figure 4 : positivité de l'anticorps anti-synaptophysine au niveau des cellules tumorales

Figure 5 : IRM crânien

 

 

Références Up    Down

  1. MacCarthy A, Draper GJ, Steliarova-Foucher E, Kingston JE. Retinoblastoma incidence and survival in European children (1978-1997). Report from the Automated Childhood Cancer Information System project. Eur J Cancer. 2006 Sep;42(13):2092-102. PubMed | Google Scholar

  2. Bocoum MA. Aspects épidémiologiques, clinique, thérapeutiques et pronostic du rétinoblastome non métastatique dans le service d´oncologie pédiatrique du CHU Gabriel Touré.

  3. Shields CL, Shields JA, Shah P. Retinoblastoma in older children. Ophthalmology. Mars 1991;98(3):395-9. PubMed | Google Scholar

  4. Shields JA, Shields CL, Ehya H, Eagle RC, De Potter P. Fine-needle aspiration biopsy of suspected intraocular tumors. The 1992 Urwick Lecture. Ophthalmology. nov 1993;100(11):1677-84. PubMed | Google Scholar

  5. Honavar SG, Singh AD, Shields CL, Meadows AT, Demirci H, Cater J et al. Postenucleation adjuvant therapy in high-risk retinoblastoma. Arch Ophthalmol Chic Ill 1960. juill 2002;120(7):923-31. PubMed | Google Scholar

  6. Berry JL, Kogachi K, Aziz HA, McGovern K, Zolfaghari E, Murphree AL et al. Risk of metastasis and orbital recurrence in advanced retinoblastoma eyes treated with systemic chemoreduction versus primary enucleation. Pediatr Blood Cancer. 2017;64(4). PubMed | Google Scholar

  7. Künkele A, Wilm J, Holdt M, Lohmann D, Bornfeld N, Eggert A et al. Neoadjuvant/adjuvant treatment of high-risk retinoblastoma: a report from the German Retinoblastoma Referral Centre. Br J Ophthalmol. juill 2015;99(7):949-53. PubMed | Google Scholar

  8. Tamboli D, Topham A, Singh N, Singh AD. Retinoblastoma: A SEER dataset evaluation for treatment patterns, survival, and second malignant neoplasms. Am J Ophthalmol. nov 2015;160(5):953-8. PubMed | Google Scholar

  9. Aerts I, Lumbroso-Le Rouic L, Gauthier-Villars M, Brisse H, Doz F, Desjardins L. Retinoblastoma. Orphanet J Rare Dis. 25 août 2006;1:31. PubMed | Google Scholar

  10. Biswas J, Mani B, Shanmugam MP, Patwardhan D, Kumar KS, Badrinath SS. Retinoblastoma in adults. Report of three cases and review of the literature. Surv Ophthalmol. Avr 2000;44(5):409-14. PubMed | Google Scholar

  11. Odashiro AN, Pereira PR, de Souza Filho JP, Cruess SR, Burnier MN. Retinoblastoma in an adult: case report and literature review. Can J Ophthalmol J Can Ophtalmol. Avr 2005;40(2):188-91. PubMed | Google Scholar

  12. Mietz H, Hutton WL, Font RL. Unilateral retinoblastoma in an adult: report of a case and review of the literature. Ophthalmology. janv 1997;104(1):43-7. PubMed | Google Scholar

  13. Khanfir K, Chompret A, Frau E, Bloch-Michel E, Tursz T, Le Cesne A. An unusual variant of diffuse retinoblastoma in an adult. Acta Oncol Stockh Swed. 2008;47(5):973-4. PubMed | Google Scholar

  14. Singh SK, Das D, Bhattacharjee H, Biswas J, Kuri G, Bhattacharjee K et al. A rare case of adult onset retinoblastoma. Oman J Ophthalmol. janv 2011;4(1):25-7. PubMed | Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Case report

Premier cas d´autogreffe de cellules souches hématopoïétique chez un adolescent marocain de 14 ans, porteur de rétinoblastome : à propos d´un cas

Case report

Premier cas d´autogreffe de cellules souches hématopoïétique chez un adolescent marocain de 14 ans, porteur de rétinoblastome : à propos d´un cas

Case report

Premier cas d´autogreffe de cellules souches hématopoïétique chez un adolescent marocain de 14 ans, porteur de rétinoblastome : à propos d´un cas