Case report | Volume 5, Article 83, 16 Apr 2021 | 10.11604/pamj-cm.2021.5.83.26369

Le syndrome de Seckel : une entité rare en pédiatrie

Karima El Fakiri, Zahira Lazrag, Noureddine Rada, Ghizlane Draiss, Mohammed Bouskraoui

Corresponding author: Karima El Fakiri, Service de Pédiatrie A, Hôpital Mère-Enfant, CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc

Received: 03 Oct 2020 - Accepted: 12 Nov 2020 - Published: 16 Apr 2021

Domain: Pediatric neurology,Pediatrics (general)

Keywords: nain à tête d´oiseux, microcéphalie, diagnostic prénatal, syndrome des Seckel, Case report

©Karima El Fakiri et al PAMJ - Clinical Medicine (ISSN: 2707-2797). This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution International 4.0 License (https://creativecommons.org/licenses/by/4.0/), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, provided the original work is properly cited.

Cite this article: Karima El Fakiri et al . Le syndrome de Seckel : une entité rare en pédiatrie. PAMJ - Clinical Medicine. 2021;5:83. [doi: 10.11604/pamj-cm.2021.5.83.26369]

Available online at: https://www.clinical-medicine.panafrican-med-journal.com/content/article/5/83/full

Home | Volume 5 | Article number 83

Case report

Le syndrome de Seckel : une entité rare en pédiatrie

Le syndrome de Seckel : une entité rare en pédiatrie

Seckel syndrome: a rare entity in pediatric patients

Karima El Fakiri1,2,&, Zahira Lazrag1,2, Noureddine Rada1,2, Ghizlane Draiss1,2, Mohammed Bouskraoui1,2

 

1Service de Pédiatrie A, Hôpital Mère-Enfant, CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc, 2Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc

 

 

&Auteur correspondant
Karima El Fakiri, Service de Pédiatrie A, Hôpital Mère-Enfant, CHU Mohammed VI, Marrakech, Maroc, Faculté de Médecine et de Pharmacie, Université Cadi Ayyad, Marrakech, Maroc

 

 

Résumé

Le syndrome de Seckel est une entité de transmission autosomique récessive très rare de microcéphalie en pédiatrie. Il comporte un retard de croissance intra-utérin majeur, une microcéphalie, une dysmorphie faciale et un retard mental. Nous rapportons deux observations rares et inhabituelles de deux enfants atteints de syndrome de Seckel dont le diagnostic chez le premier enfant a été porté sur une dysmorphie faciale un retard mental et une pachygyrie. Le diagnostic chez le deuxième enfant a été porté plus précocément en anténal devant un retard de croissance intra-utérin et l´antécédent du syndrome de Seckel chez le frère.


Seckel syndrome is a very rare entity inherited as autosomal recessive in microcephalic pediatric patients. It results in severe intrauterine growth retardation, microcephaly, facial dysmorphism and mental retardation. We report two rare and unusual cases of children with Seckel syndrome whose diagnosis was based, in the first child (male), on facial dysmorphism, mental retardation and pachygyria. In the second child (female), diagnosis was established early, in the antenatal period and was based on intrauterine growth retardation and a history of Seckel syndrome in her brother.

Key words: bird-headed dwarf, microcephaly, prenatal diagnosis, Seckel syndrome

 

 

Introduction    Down

Le syndrome de Seckel est l´un des six troubles de la famille du « nanisme primordial ». La maladie se décline en différents types, qui impliquent des perturbations ou des mutations génétiques sur plusieurs gènes distincts [1]. Il est dû à une ostéodysplasie, soit un trouble de la formation et de la nutrition du tissu osseux. Extrêmement rare, la maladie touche moins d´une personne sur 1 000 000 [2]. Elle se transmet selon un mode autosomique récessif [3, 4]. Le syndrome de Seckel est caractérisé par quatre critères morphologiques [3-5] dont un nanisme harmonieux congénital par retard de croissance intra-utérine et postnatal, une microcéphalie parfois craniosynostose, une dysmorphie faciale avec face étroite avec nez proéminent recourbé en bec d´oiseau, microrétrognatisme, yeux saillants et globuleux, oreilles larges et décollées, mal occlusion dentaire et un retard mental. Ainsi, nous rapportant deux observations de deux frères atteints du syndrome de Seckel au Service de Pédiatrie A du CHU Mohammed VI après un consentement libre et éclairé des parents avec une revue de la littérature.

 

 

Patient et observation Up    Down

Observation 1

Il s´agit d´un enfant de 14 ans et 10 mois, de sexe masculin, cadet d´une fratrie de 2, issu d´un mariage non apparenté, ayant comme antécédent une grossesse non suivie menée à terme et un accouchement par voie basse à domicile, 4 gestités, 2 parités et 2 fausses couches. Il n´y avait pas de notion d´asphyxie périnatale. Il était vacciné selon le programme national d´immunisation, avec un retard psychomoteur, qui présentait une microcéphalie avec une dysmorphie faciale constatées par la mère et un retard psychomoteur. L´examen clinique a trouvé un enfant agité, conscient, normocarde, eupneique T = 36,6°C TRC <3 s Poids =18 kg 500 (- 3DS), taille = 126 cm (-3DS) , PC = 37cm (< -3DS). Les conjonctives étaient normo-colorées. Il avait une dysmorphie faciale caractéristique comportant une microcéphalie un front bas et fuyant, un nez proportionnellement plus grand et un rétrognatisme. L´examen neurologique a montré une marche difficile avec des reflexes vifs, un tonus et une force musculaire normaux, par ailleurs, les sensibilités profondes et superficielles étaient normales. L´examen des fonctions supérieures a noté une absence de language et un retard intellectuel. Il avait un pied bot droit. Le bilan biologique était strictement normal. Une tomodensitométrie (TDM) cérébrale a objectivé une microcéphalie avec raréfaction des gyrations, un aspect collabé des cornes frontales avec dilatation des cornes occipitales et temporales des deux ventricules latéraux plus marqués à droite, un aspect surélevé de la tente de cervelet, une hypotrophie des nerfs optiques, un élargissement de la grande citerne et du diploé au niveau occipital avec calcification de la table interne pariétale gauche. Une imagerie par résonnance magnétique (IRM) cérébrale a montré une microcéphalie associée à une pachygyrie avec schizencéphalie à bord ouvert gauche une holoprosencéphalie lobaire et une atrophie du splénium calleux avec une malformation de Dandy-Walker variant.

Observation 2

Il s´agit d´un nourrisson de 3 mois, de sexe féminin, issu d´un mariage apparenté, ayant une grossesse suivie menée à terme. Accouchement par voie basse à domicile avec présence d´un retard de croissance intra-uterin (RCIU) découvert au cours du suivi de grossesse. Il n´y avait pas de notion d´asphyxie périnatale. Elle était vaccinée selon le programme national d´immunisation avec bon développement psychomoteur selon l´âge ; son frère suivi pour un syndrome de Seckel. L´examen clinique a trouvé un nourrisson rose, réactif, gesticule spontanément, FR = 40pm FC = 135bpm T = 37°C TRC <3 s Poids = 3kg400 (- 3DS) taille = 54 cm (-3DS) PC= 26cm (-3DS). Les conjonctives étaient normo-colorées. Il avait une dysmorphie faciale englobant une microcéphalie, une cranio-sténose un front bas et fuyant, un nez proportionnellement plus grand et un rétrognatisme. Il n´avait pas de souffle ni de malformations des membres. Son bilan biologique était normal. Une IRM cérébrale a mise en évidence une microcéphalie associée à une pachygyrie avec une agénésie du splénuim du corps calleux avec une malformation de Dandy-Walker variant. Le syndrome de Seckel a été retenu devant le retard de croissance intra-utérin et l´antécédent du syndrome de Seckel chez le frère ainsi que sur les données cliniques et de l´imagerie.

 

 

Discussion Up    Down

Le syndrome de Seckel, défini pour la première fois par Seckel en 1960 [4, 6, 7] est une maladie autosomique récessive rare sans aucune prédilection sexuelle, avec une incidence rapportée de 1/1 000 000 enfants nés vivants [2]. C'est le nanisme ostéodysplasique microcéphalique le plus courant [4, 7]. Rudolf Virchow a introduit le terme “nain à tête d'oiseau” dans le contexte du nanisme proportionné avec un faible poids à la naissance, un retard mental, un nez pointu et une micrognatie [4, 7, 8]. Le syndrome de Seckel englobe un certain nombre d'anomalies faciales et cérébrales éventuellement associées à une restriction de croissance prénatale et postnatale [4]. Il est caractérisé par un retard de croissance intra-utérin et une taille proportionnellement courte sévère avec une microcéphalie sévère [7] ce qui est observé chez nos patients. Les caractéristiques faciales cliniques de ce syndrome comprennent un «profil à tête d'oiseau» avec un front fuyant, de grands yeux, une protrusion en forme de bec du nez, un visage étroit, une mâchoire inférieure en recul et une micrognatie [3]. Dans le cas présent, les deux frères présentaient des traits caractéristiques d'un “profil tête d'oiseau”. Il existe autres caractéristiques occasionnelles comprenant le palais haut-arqué, la fente palatine, la malocclusion dentaire, l'hypoplasie de l'émail, la fermeture prématurée des sutures crâniennes secondaires à une croissance cérébrale réduite [4]. L'inclinaison antimongoloïde des fissures palpébrales, les oreilles dysplasiques, la clinodactylie des cinquièmes doigts [5], la cryptorchidie, la clitoridomégalie, l'hirsutisme, l'agénésie du corps calleux, le retard de l'âge osseux, la dysplasie fréquente de la hanche, la luxation de la tête du radius [5], les oreilles basses et 11 paires de côtes, nos patients présentaient aussi une agénésie du corps calleux ainsi qu´une pachygyrie.

Dans la plupart des cas le diagnostic de syndrome de Seckel est basé sur les principales caractéristiques qui sont un retard de croissance intra-utérin sévère, une microcéphalie, un “profil à tête d'oiseau” caractéristique et un retard mental [4, 9]. Dans les deux cas présents, le diagnostic de syndrome de Seckel a été posé sur la base des antécédents, du retard de développement et des caractéristiques cliniques et radiologiques. À ce jour, trois gênes responsables sont situés sur le chromosome 3 (3q22-q24) pour Seckel 1, chromosome 18 (18p11.31-q11) pour Seckel 2 et chromosome 14 (14q21-q22) pour Seckel 3. Nous n´avons pas pu identifier de mutations génétiques étant donné la difficulté de réalisation dans nos milieux. Les enfants atteints du syndrome de Seckel ont une durée de vie normale bien qu'ils aient souvent de profonds déficits mentaux et physiques. La survie de ces patients jusqu'à l'âge de 75 ans a été enregistrée [6]. La récidive de la maladie peut être suspectée par l'observation d'un retard de croissance intra-utérin avec microcéphalie au cours du deuxième trimestre de la grossesse lorsqu'un premier enfant est né avec le syndrome de Seckel. Un diagnostic prénatal moléculaire précoce peut être réalisé pour un couple ayant eu un premier enfant atteint du syndrome de Seckel si les mutations familiales ont été identifiées [5]. Dans notre cas, le diagnostic de syndrome de Seckel a été suspecté à l´échographie anténatale chez le deuxième enfant devant un retard de croissance intra-utérin. Dans la littérature, il existe 7 cas qui ont été diagnostiqués en anténatal [10]. Ceci suggère que le diagnostic a été porté précocement. En effet, Il n'existe pas de traitement étiologique spécifique. La kinésithérapie et l'orthophonie peuvent être bénéfiques. Notre prise en charge a été symptomatique.

 

 

Conclusion Up    Down

Le syndrome de Seckel est une maladie autosomique récessive rare définie par la présence des caractéristiques associant un retard de croissance intra-utérin majeur, une microcéphalie, une dysmorphie faciale et un retard mental. Son diagnostic est essentiellement clinique et peut être porté en anténatal et sa prise en charge est surtout symptomatique.

 

 

Conflits d'intérêts Up    Down

Les auteurs ne déclarent aucun conflit d´intérêts.

 

 

Contributions des auteurs Up    Down

Tous les auteurs ont contribué à ce travail et ont lu et approuvé la version finale de ce manuscrit.

 

 

Références Up    Down

  1. Ouattara Ibrahim AB, Barro M, Nacro SF, Traoré I, Sanogo B, Diallo AW et al. The Seckel syndrome: a case observed in the pediatric department of the University Hospital Center Sourou Sanou (Burkina Faso). 2020 Feb 11;12(1):8231. PubMed | Google Scholar

  2. Takikawa KM, Kikuchi A, Yokoyama A, Ono K, Iwasawa Y, Sunagawa S et al. Perinatal findings of Seckel syndrome: a case report of a fetus showing primordial dwarfism and severe microcephaly. Fetal Diagn Ther. 2008;24(4):405-408. PubMed | Google Scholar

  3. Majoor-Krakauer DF, Wladimiroff JW, Stewart PA, van de Harten JJ, Niermeijer MF. Microcephaly, micrognathia and bird-headed dwarfism: prenatal diagnosis of a Seckel-like syndrome. Am J Med Genet. 1987 May;27(1):183-8. PubMed | Google Scholar

  4. Parent P, Moulin S, Munck MR, de Parscau L, Alix D. Le nanisme à tete d'oiseau ou syndrome de Seckel. Difficultés nosologiques. Arch de Pédiatrie. 1996;3(1):55-62. PubMed | Google Scholar

  5. Abd-Alla Mona, Koenigs Ingo, Fritzsche Sophie Friederike, Kloth Katja, Singer Dominique, Reinshagen Konrad et al. Skeletal and Neurological Features of Seckel Syndrome and Microcephalic Osteodysplastic Primodrial Dwarfism - A Review of the Literature. American Journal of Pediatrics. 2020;6(3):373-380. Google Scholar

  6. Ramalingam K, Kaliyamurthy SD, Govindarajan M, Swathi S. Seckel syndrome: a report of a case. Journal of Indian Society of Pedodontics and Preventive Dentistry. Jul-Sep 2012;30(3):258-61. Google Scholar

  7. Seckel HPG. Bird-headed dwarfs: studies in developmental anthropology including human proportions.Springfield, IL: Charles C Thomas; 1960.

  8. Harsha Vardhan BG, Muthu MS, Saraswathi K, Koteeswaran D. Bird-headed dwarf of Seckel. J Indian Soc Pedod Prev Dent. 2007;25 Suppl:S8-9. PubMed | Google Scholar

  9. Akkurt MO, Pakay K, Akkurt I, Temur M, Korkmazer E. Prenatal diagnosis of Seckel syndrome at 21 weeks´ gestation and review of the literature. The journal of maternal-fetal and neonatal medicine. 2019;32(11):1905-1908. PubMed | Google Scholar

  10. Gupta A, Fazal TS, Arora R. Antenatal diagnosis of Seckel syndrome. J Obstet Gynecol India. 2014;64(1):6-8. PubMed | Google Scholar

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Case report

Le syndrome de Seckel : une entité rare en pédiatrie

Case report

Le syndrome de Seckel : une entité rare en pédiatrie

Case report

Le syndrome de Seckel : une entité rare en pédiatrie

Volume 7 (Sep - Dec 2021)
This article authors
On Pubmed
On Google Scholar
Citation [Download]
EndNote
Reference Manager
Zotero
BibTex
ProCite

Navigate this article
Key words

Nain à tête d´oiseux

Microcéphalie

Diagnostic prénatal

Syndrome des Seckel

Case report

Article metrics
Countries of access